Ancien marin-pêcheur, Michel Dappel-Voisin a ensuite longtemps travaillé à la capitainerie de Port Olona (Les Sables d’Olonne). En 2002, un grave accident de travail l’immobilise et le fait énormément souffrir.
Lorsqu’il commence à voir le bout du tunnel, Michel décide de s’investir dans la marche afin de remuscler son dos et sa jambe droite, très diminués pendant ces mois sans bouger.
En 2004, alors qu’il est à acheter des chaussures de marche dans un magasin de sport, Michel rencontre Matthias, alors en fauteuil, et sa maman. Au fil des discussions, Michel apprend que Matthias, passionné de pêche, est atteint par l’Ataxie de Friedreich.
Très touché par cette rencontre, et jamais à cours d’idée, Michel (qui souhaitait initialement marcher pour le Téléthon), propose finalement à Matthias de marcher pour lui afin de lui offrir une semaine de vacances dans un centre de pêche, adapté aux personnes à mobilité réduite. Ses parents ayant donné le feu vert, cela sera le point de départ de l’aventure !
Une de ses filles habitant à l’époque à Deauville, Michel définit un parcours entre la Vendée et la Normandie. Avec le soutien de sa famille, il crée l’association « La Marche Vendéenne de l’Espoir », indispensable à la récolte de dons.
Juliette Dieusaert, Présidente de l’AFAF (Association Française Ataxie de Friedreich), a été contactée et s’est révélée être un soutien indéfectible depuis le 1er jour.
A 7 mois du départ vers Deauville, Michel commence à s’entraîner plus sérieusement. Ayant fait plusieurs cruralgies paralysantes, il fallait qu’il apprenne à gérer sa jambe droite, mais aussi ses temps de repos, et comment soigner et entretenir ses pieds pour qu’ils ne souffrent pas trop.
Entre deux entrainements, Michel démarche auprès des entreprises et particuliers de sa connaissance. Le but était de récolter un maximum d’argent pour Matthias.
La logistique de la marche se met également en place. Le moyen le plus économique pour accompagner le marcheur est de louer un camping-car. Jacqueline, sa compagne, sera à l’intendance, et Bernard sera le chauffeur. Chaque soir ils rejoignent Michel dans la ville étape et économisent ainsi des frais de bouche et d’hébergement.
Après 460 kilomètres, Michel tient son pari ! Matthias et sa famille pourront passer les vacances dont ils rêvent tant.
Ont suivi de nombreuses marches à travers la France, avec récolte de dons, au profit de la recherche.
Au 1er janvier 2018, Michel a parcouru plus de 2800 km, récolté 45.000 euros pour la recherche, a fait connaitre la maladie via de nombreux médias locaux contactés au fil des marches, et fédéré de nombreuses familles touchées de près ou de loin par la maladie.
Aujourd’hui, l’aventure continue en s’associant au projet Vend’Espoir !